Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:08

junk

 

 

Un père violent; une mère alcoolique. La vie de Nico est devenue intolérable. Une seule issue, fuir. Fuir avec Gemma, révoltée, désespérée, qui le, suit par défi, par goût de l'aventure aussi.
Comment s'en sortir à quatorze ans, sans ressources, sans abri ? Squatter, fumer.. . Très vite ils sont pris dans l'engrenage de la drogue. La première dose d'héroïne les précipite dans une longue descente aux enfers. Nico et Gemma deviennent des junkies. Ils n'en sont pas encore conscients.
Un livre à plusieurs voix. Un ton juste. Une lecture bouleversante et nécessaire.
« Je pense qu'il est préférable que les jeunes n'entendent pas parler de la drogue pour la première fois le jour où quelqu'un essaiera de leur en vendre. » Melvin Burgess

Extrait:
"C'est le problème de la plupart des gens. Ils rêvent d'être éternels. Alors, quand on leur annonce qu'on veut juste vivre sa vie, et que si ça signifie mourir dans trois ans, ce n'est pas grave, ça les rend fous. A partir du moment où on décide que ça n'a aucune importance de ne jamais avoir vingt ans, il n'y a plus rien à dire contre l'héroïne, non ?“.

 

Mon avis:

Livre très interessant, je l'ai lu il y a longtemps mais je m'en souviens clairement, car il m'a marqué. C'est un roman à plusieurs voix, il y a plusieurs narrateurs qui racontent l'histoire, cela permet de voir des points de vues différents et cela rend le récit plus vivant, on se sent presque parmis cette bande de potes. Un seul petit bémol, la fin est peut-etre un peu trop..."happy end"... Il ne faudrait pas que les plus jeunes soient trop optimistes face à cette engrenage qu'est la drogue et pensent qu'il est facile d'en sortir.

Note:

8/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Classiques et Comtemporains
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:07

lesenfantsdesautres

Qui sont ces " enfants des autres " à qui Torey porte un intérêt passionné ? Boo, un petit garçon de sept ans qui ne parle pas sauf pour répéter exactement les bulletins de météo et les phrases des autres (" écholalie à retardement " disent les spécialistes). Lori, une petite fille de sept ans également, très sensible, le coeur sur la main, mais dont le cerveau a subi des lésions à cause de mauvais traitements infligés autrefois par son père. Lori se désole de ne pas pouvoir apprendre à lire. Les symboles écrits resteront inaccessibles à son intelligence. Tomaso, dix ans, garçon caractériel, asocial, qui a vu sa belle-mère tuer son père et son frère à coups de fusil et qu'on promène depuis d'un foyer nourricier à l'autre. Claudia, douze ans, adolescente timide, excellente élève d'une école privée catholique qu'elle doit quitter lorsqu'on découvre qu'elle est enceinte. Quatre enfants à problèmes envoyés dans la classe de Torey parce qu'on ne sait qu'en faire. Et pourtant, tous les quatre. avec l'aide d'une éducatrice hors pair avant tout soucieuse de les faire progresser et de favoriser leur adaptation sociale, vont former une sorte de famille où chacun apporte aux autres l'affection et la compréhension qu'il n'a pas trouvées ailleurs.

 

Extrait:

" Pourquoi tu t'en fais pour nous ? On n'est que les enfants des autres... "

 

Mon avis:

Témoignage bouleversant! Ce livre est absolument magnifique et terrible à la fois, ces si jeunes enfants qui devraient vivrent encore dans l'innocence connaissent déjà la souffrance et la peur.  On s'attache très vite à ces petits et on comprends qu'il est tout à fait possible d'aider ces enfants si différents tout simplement en leur consacrant du temps et en leur donnant de l'amour. Torey a ce petit supplément d'âme qui fait d'elle une psy hors pair.

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Histoires Vraies - Divers
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:07

lavalselentedestortues

Qu’un crocodile aux yeux jaunes ait ou non dévoré son mari Antoine, disparu au Kenya, Joséphine s’en moque désormais. Elle a quitté Courbevoie pour un immeuble huppé de Passy, grâce à l’argent de son best seller, celui que sa sœur Iris avait tenté de s’attribuer, payant cruellement son imposture dans une clinique pour dépressifs. Libre, toujours timide et insatisfaite, attentive cependant à la comédie cocasse, étrange et parfois hostile que lui offrent ses nouveaux voisins, Joséphine semble à la recherche de ce grand amour qui ne vient pas. Elle veille sur sa fille Zoé, adolescente attachante et tourmentée et observe les succès de son ambitieuse aînée Hortense, qui se lance à Londres dans une carrière de styliste à la mode. Joséphine ignore tout de la violence du monde, jusqu’au jour où une série de meurtres vient détruire la sérénité bourgeoise de son quartier. Elle-même, prise pour une autre sans doute, échappe de peu à une agression. La présence de Philippe, son beau-frère, qui l’aime et la désire, peut lui faire oublier ces horreurs. Impossible d’oublier ce baiser, le soir du réveillon de Noël, qui l’a chavirée. Le bonheur est en vue, à condition d’éliminer l’inquiétant Lefloc-Pinel, son voisin d’immeuble, un élégant banquier dont le charme cache bien trop de turpitudes. Autour de l’irrésistible et discrète Joséphine, gravite une fois encore tout un monde de séducteurs, de salauds, de tricheurs et autant d’êtres bons et généreux. Comme dans la vie.

 

Extrait:

"Elle faisait confiance à la vie pour lui envoyer des indices, des idées, des détails qu’elle convertirait en histoires. C’est comme ça qu’elle avait écrit son premier livre. En ouvrant grands les yeux sur le monde. En écoutant, en observant, en reniflant. C’est comme ça aussi qu’on ne vieillit pas. On vieillit quand on s’enferme, quand on refuse de voir, d’entendre ou de respirer. La vie et l’écriture, ça va souvent ensemble."

 

Mon avis:

c'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé les personnages du tome 1, et je dois dire qu'ils m'avaient tous bien manqué! Cette suite est aggrementée d'une petite intrigue policière qui a énormément été critiquée, mais pour ma part je trouve que cette petite touche de suspense n'a fait que rendre cette histoire encore plus prenante. A présent je n'ai qu'une hâte, c'est de lire la suite: "Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi".

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Classiques et Comtemporains
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:06

moichristianeF

Ce livre à connu un retentissement considérable en France et dans toute l’Europe. Ce que raconte cette jeune fille sensible et intelligente, qui, moins de 2 ans après avoir fumé son premier joint, se prostituée à la sortie de l’école pour gagner de quoi se payer sa dose quotidienne d’héroïne, et à confession douloureuse et de sa mère font de Christiane F. un livre exceptionnel.


Extrait:

"Nous prenons le métro jusqu'à la station Kurfürstenstrasse. (...) L'endroit a l'air assez minable. Il y a là pleins de filles qui ont l'air de traîner. Naturellement, je ne me doute pas qu'elles font le tapin. On voit aussi quelques types arpenter le trottoir. Peggy dit que ce sont des revendeurs. Si quelqu'un m'avait dit que moi aussi, bientôt, je ferais les cent pas sur cet horrible Kurfürstenstrasse, et presque chaque jour, je l'aurais traité de fou. "

 

Mon avis:

Un témoignage plus que bouleversant, cela s'est déroulé il y a environ 30 ans mais il est pourtant trés actuel. C'est LE livre à lire sur la drogue, un livre dont vous ne sortez pas indemne. Je l'ai lu à l'age de 16 ans, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire car il y a beaucoup de longueurs au début mais je ne regrette vraiment pas d'avoir persévéré, car c'est un livre qu'il faut absolument avoir lu au moins une fois dans sa vie!

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Histoires Vraies - Divers
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:05

laplage

Richard est un routard anglais comme beaucoup d’autres : jeune, débrouillard et à la recherche d’exotisme pur, par encore souillé par les flots de touristes. Après un périple en Asie il se retrouve dans une guesthouse minable à Bangkok où un homme bizarre lui donne une carte faite à la main où est indiquée "la Plage". Après avoir retrouvé son corps suicidé, il décide de se rendre sur la Place avec deux autres routards français : Etienne et Françoise.


Extrait:
"Il y avait aussi un rituel. Cela ne se produisait pas toutes les nuits, mais souvent, et, à chaque fois, ça me faisait sourire.L'origine de ce rituel, c'était la série télévisée des Walton. A la fin de chaque épisode on voyait la maison des Walton et on les entendait se souhaiter bonne nuit les uns aux autres.Dans la longue case, voilà comment ça se passait : juste au moment où les gens commençaient à s'endormir, une voix endormie disait dans l'obscurité "Nuit les petits". C'était suivi d'un bref silence et chacun attendait qui allait continuer. Au bout d'un moment, quelqu'un disait "Nuit Frankie", ou Sal ou Gregorio, ou Bugs, ou toute personne à qui on pouvait avoir envie de dire bonne nuit. Ensuite, la personne nommée devait souhaiter une bonne nuit à quelqu'un d'autre, et cela faisait le tour de la longue case jusqu'à ce que tout le monde ait entendu son nom."


Mon avis:

Un super livre! Rien à voir avec le film que j'avais vraiment trouvé trés "bof". Un univers très fort qui vous prend aux tripes et qui vous emmène en Thaïlande avec Richard à la découverte de cette plage mystérieuse. Un véritable appel à l'évasion.

Note:

9/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Thrillers - Polars
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:04

l'alchimiste

Pour des millions de lecteurs dans le monde, ce livre a été une révélation : la clef d'une quête spirituelle que chacun de nous peut entreprendre, l'invitation à suivre son rêve pour y trouver sa vérité.
L'histoire est celle de Santiago, jeune berger andalou parti à la recherche d'un trésor enfoui au pied des pyramides.Dans le désert, initié par l'alchimiste, il apprendra à écouter son coeur et à déchiffrer les signes du destin.

Extraits:

« Quand on veut une chose, tout l'Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve. » Cette parole fut dite a Santiago par le Roi de Salem, à Tarifa sur un banc.

« Personne ne peut fuir son coeur. C'est pourquoi il vaut mieux écouter ce qu'il dit. » Cette parole fut dite a Santiago par l'alchimiste, en Egypte.

« Quand nous avons de grands trésors sous les yeux nous ne nous en apercevons jamais. Pourquoi cela ? Parce que les hommes ne croient pas aux trésors. » Cette parole fut dite a Santiago par l'alchimiste, en Egypte.

« Les décisions représentent seulement le commencement de quelque chose. »

« Personne ne doit avoir peur de l'inconnu parce que tout homme est capable de conquérir ce qu'il veut et qui lui est nécessaire. »

« Les gens changent, mais le soleil reste toujours le même. Ainsi en sera-t-il de notre vie. » Ceci est basé sur une leçon de vie du berger de l'histoire, Santiago.

« Si ce sont de bonnes choses, ce sera une surprise agréable. Et si ce sont de mauvaises choses, tu en souffriras bien avant qu'elles n'arrivent. » En parlant des divinations.

« Tout ce que nous craignons, c'est de perdre ce que nous possédons , qu'il s'agisse de notre vie ou de nos cultures. Mais cette crainte cesse lorsque nous comprenons que notre histoire et l'histoire du monde ont été écrites par la même Main. »Cette parole fut dite par le chamelier a Santiago alors qu'il traversait le Sahara.

« Une quête commence toujours par la Chance du Débutant. Et s'achève toujours par l'Epreuve du Conquérant. »

 

Mon avis:

Je n'ai pas pu lacher ce livre avant d'en connaître le dénouement. Une pure merveille pleine de sagesse, à lire et à relire!

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Classiques et Comtemporains
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:03

byebyeblondie

Gloria est convaincue qu'à chaque fois qu'elle s'approche trop près du bord, elle saura faire pirouette arrière. Seulement, plus le temps passe, plus elle devient championne dans l'art de souffrir... Il pleut sur Nancy, sa ville natale, et Gloria, à trente-cinq ans passés, est de nouveau SDF, avec pour unique point d'échouage Le Royal, "son" bar, le seul endroit où elle puisse librement traîner sa déprime et sa hargne, trouver chez qui squatter, et boire sans limite de crédit. Mais ce soir-là, c'est un passé bien plus douloureux qu'elle revit en direct, malgré elle : dans la rue, elle croise Eric Muir, désormais parisien et présentateur star du petit écran. Eric, sans qui elle aurait sans doute brutalement sombré, vingt ans plus tôt, quand, adolescente difficile, elle a été internée en hôpital psychatrique pour un temps indéterminé, par des parents dépassés, persuadés de faire son bien. Eric, son premier amour, fils d'une famille de la grande bourgeoisie de Nancy, avec qui elle a vécu son aventure punk. Eric aujourd'hui confortablement installé dans sa voiture avec chauffeur, et qu'elle voudrait sinon feindre d'ignorer, du moins englober dans sa haine du monde et d'elle-même ; mais lui ne l'entend pas ainsi...


Extrait:

"Même en rêve, elle n'aurait pas osé imaginer un garçon pareil. Aussi parfaitement parfait. Il était une promesse de bonheur plein et dense, touffu comme une jungle amicale. Il avait fini par lui demander, à elle précisément, si elle savait où trouver des acides. Il l'avait suivie. Dans le froid, qui donnait envie de se serrer les coudes. Ils avaient rempli leurs poches de canettes de kro et s'étaient éloignés ensemble. Dans le blanc du dehors, le tapis de neige crissant, l'expression "marcher sur des nuages" la faisait glousser d'aise." 


Mon avis:

Absolument magnifique ! C'est de loin le roman que je préfère de Virginie Despentes, j'ai été énormément touché par la souffrance de Gloria. J'ai été complètement bouleversée par ce roman criant de vérité... je l'ai littéralement dévoré de la première page à la dernière sans jamais m'ennuyer une seconde, il n'existe pas de mots pour décrire ce que j'ai ressenti, ce roman est une pure merveille pour moi !

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Classiques et Comtemporains
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 11:55

teen spirit

" Deux versions bien distinctes d'elle-même se disputaient dans un seul corps et se partageaient le temps d'action. Entre la montre Kitty et le bracelet clouté, elle n'avait pas encore choisi son camp. " Nancy a passé treize années chez sa mère, Alice, une dame branchée fric et névroses. Bruno a passé trente ans enfermé chez lui, devant sa télé, à ne pas faire grand-chose. Nancy est la fille de Bruno, mais ni l'un ni l'autre ne sont au courant. Un jour, pourtant, Bruno voit Nancy débouler dans sa vie. Soudain papa, le punk rocker va affronter toutes les épreuves de l'adolescence... avec une nouveauté de taille : les " conneries ", ça n'est plus lui qui les fait... quoique...


Mon avis:

J'aime vraiment le style de Virginie Despentes, un peu trash. Teen Spirit n'est pas mon roman préféré, mais on passe quand même un bon moment en le lisant, l'histoire de Nancy et Bruno est touchante, on ne s'ennuie pas, mais ce n'est pas le genre de roman qui résonne en vous après avoir tourné la dernière page.

Note:

6/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Classiques et Comtemporains
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 11:39

lediables'habilleenprada

Andrea n'en revient pas : même avec ses fringues dépareillées, elle l'a décroché, ce job de rêve. La jeune femme de vingt-trois ans va enfin intégrer la rédaction de Runway, prestigieux magazine de mode new-yorkais ! Et devenir l'assistante personnelle de la rédactrice en chef, la papesse du bon goût, la dénommée Miranda Priestly. Une chance inouïe pour Andrea : des milliers d'autres filles se damneraient pour être à sa place ! Mais derrière les strass et les paillettes de cette usine à rêves se cache un enfer peuplé de talons aiguilles et de langues de vipère...

 

Extrait:
"Miranda avait pris l'habitude de nous appeler, Emily et moi, 'Emily', ce qui suggérait, pas entièrement à tort, que nous étions totalement interchangeables. Quelque part au fond de moi ça me vexait, (... ) mais j'étais vraiment trop crevée pour accorder de l'importance à un détail aussi insignifiant que mon prénom."

 

Mon avis:

Ce qui m'a le plus plu dans ce roman, c'est qu'on peut tous se reconnaitre dans le personnage d'Andréa, prise au piège d'une vie professionnelle abominable, avec une hiérarchie tyrannisante. Elle passe des nuits très courtes, elle n'a plus le temps de déjeuner, elle est fatiguée, tout le temps stressée, bon bien sûr c'est un livre et tout y est exagéré, c'est pour cela que c'est drôle, n'empêche que c'est pas si éloigné de la vérité que ça. En plus de ça, ce livre décrit de façon mesquine le milieu de la mode, et dénonce toutes ses superficialités, en bref un livre méchamment drôle !

Note:

7/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Chick Lit
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 11:23

lespetitssecretsd-emma-copie-1.jpg

Ce n'est pas qu'Emma soit menteuse, non, c'est plutôt qu'elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n'est pas franchement l'extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l'avouer. Mourir ? Justement... Lors d'un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l'inconnu en question est l'un de ses proches. Très proche même...


Extrait:

"Bien sûr que j'ai des secrets. C'est évident. Tout le monde en a.[...] Voici quelques exemples qui me traversent l'esprit:

1. Mon sac Kate Spade est faux.

2. J'aime le sherry, même si c'est ringard.

3. J'ignore ce que signifie ces quatre lettres : OTAN. Et je n'ai pas la moindre idée de ce que c'est.

4. Je pèse 59 kilos. Pas 49 kilos comme le croit Connor, mon petit ami. ( A ma décharge, j'avais l'intention de me mettre au régime quand je lui ai avoué mon poids. Et en plus, il n'y a qu'un chiffre de différence.)

5. J'ai toujours pensé que Connor ressemblait à Ken. Le Ken de Barbie."

 

Mon avis:

le premier roman de Sophie Kinsella que j'ai lu ! Un pur régal ! Emma est aussi attachante que Becky et aussi délurééée ! J'ai beaucoup ri en le lisant et je ne me suis pas ennuyée une seconde! J'adore l'humour de Sophie Kinsella !

Note:

10/10

Repost 0
Published by read-with-me.over-blog.com - dans Chick Lit
commenter cet article