Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 14:27

le coeur est un chasseur solitaire

De ce roman foisonnant de personnages se détache la figure adolescente de Mick, qui ressemble étrangement à Carson McCullers. Pauvre, passionnée de musique, elle rôde dans les cours des immeubles pour surprendre les accents d’une symphonie qui s’échappent d’un poste de TSF : « Cette musique ressemblait parfois à de petits morceaux de cristal colorés et, quelquefois, c’était la chose la plus douce, la plus triste que l’on pût imaginer. »
Mick et bien d’autres personnages s’entrecroisent dans ce roman qui emprunte ses décors au Sud des Etats-Unis où vécut Carson McCullers dans l’immédiat avant-guerre. Elle avait vingt-deux ans quand elle publia ce premier livre, qui est sans doute son chef-d’œuvre.

 

Mon avis:

J'ai lu ce livre dans le cadre d'un partenariat avec Blog-o-Book et Le livre de poche et honnêtement j'ai pris une claque. Carson McCullers a commencé à écrire ce livre à l'âge de 19 ans, pour le terminer à 23 ans. Wow. Lorsqu'on lit ce splendide roman, on ne peut imaginer qu'il est né sous la plume d'une si jeune femme. Tous ces personnages, ces écorchés de la vie, sont tellement bien décrits qu'ils paraissent réels, on pourrait presque penser que l'auteure n'a fait que décrire des gens qu'elle a connus et observés pendant un certain temps.

L'histoire se déroule à la fin des années 30 aux Etats-Unis et commence par un été très chaud. Singer, un sourd et muet anéanti par sa séparation avec son meilleur ami qui a été placé en asile, va venir louer une chambre chez les Kelly. Là, il va faire la connaissance de Mick, une jeune fille un peu perdue, en quête d'elle-même passionnée de musique, obsédée par l'idée d'avoir un piano mais qui ne peut pas se le permettre, faute d'argent, Jake Blount, un alcoolique révolutionnaire et en colère contre la société, Biff Brannon, patron de bar qui passe son temps à observer les gens et enfin, le docteur Copeland, un nègre qui n'en peut plus de subir des discriminations raciales et qui rêve de pouvoir changer tout ca. Ces 4 là, vont s'enticher du muet, et vont lui rendre visite aussi régulièrement que possible, eux qui semblent tellement seuls, vont enfin trouver une âme à qui parler, aussi ironique que cela puisse paraître car Singer ne fait que lire sur les lèvres et hocher la tête pour leur répondre.

J'ai particulièrement aimé le personnage de Mick, cette enfant qui rêve de devenir une grande compositrice, et qui souhaiterait partir loin, voyager à travers le monde et voir de la neige. Elle m'a fait penser au personnage de Holden dans "L'attrape-coeurs" de Salinger notamment par sa sensibilité et sa sincèrité. J'ai beaucoup aimé Jake également, toutes ces choses qui le révoltent sont tellement... actuelles que c'en est troublant !

Ce roman est pour le moins très sombre, même s'il y a tout de même une petite onde d'espoir à la fin, notamment pour Jake, il y réside un profond pessimisme et je pense que cela démontre bien la personnalité de l'auteure quand on sait que des années plus tard elle tentera de se suicider, avant que son mari se ne suicide lui-même. En bref, c'est un roman plein d'émotions que je conseille à tous. Merci pour ce partenariat!

Note:

9/10

 

 


Repost 0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:31

  les-gens-du-balto.jpg

Jusqu'à ce fameux samedi, il ne s'était jamais rien passé d'extraordinaire à Joigny-les-Deux-Bouts, petite bourgade tranquille en fin de ligne du RER. Yéva, minijupe à ras et verbe haut, rêvait toujours d'une vie ailleurs. Jacquot, son mari chômeur, creusait une fosse dans le canapé à force de jeux télévisés. Leur fils Yeznig, déficient mental, recomptait ses dents après chaque repas. Son frère Tanièl, renvoyé du lycée pour avoir abîmé le conseiller d'orientation, peaufinait sa technique pour serrer les blondes. Le jeune Ali, Marseillais au gros nez, essayait de se fondre dans le décor. Et Magalie, LA blonde du lycée, suivait à la lettre les conseils de son magazine préféré pour rendre crazy tous les mecs. Bref, la routine pour ces habitués qui, un matin, découvrent le patron de " leur " bar, baignant dans son sang. Un drame ? Pas pour les gens du Balto. Avec ce roman choral, Faïza Guène dévoile de nouvelles facettes de son talent, réussissant à se glisser avec autant d'aisance dans la peau de tous ses personnages. Humour, justesse du trait, Les Gens du Balto confirme que cette jeune romancière n'est pas devenue une figure des lettres par hasard.

 

Mon avis:

Ce roman est un récit à plusieurs voix. Chaque personnage devient le narrateur le temps de 3 chapitres, et s'explique face à la police qui doit résoudre l'enquête du meutre de Joël. Dans la première partie, chacun explique qui il est, ce qu'il fait de sa vie, en gros une petite présentation afin de connaitre tous les personnages... On rencontre donc Yèva, une femme d'origne Arménienne qui galère au boulot et qui ne supporte plus son mari Jacquot qui ne fait rien de ses journées et qui grossit à vue d'oeil, son fils ainé Taniel que ses amis surnomment Quetur, qui ne va plus en cours depuis plusieurs semaines sans que ses parents le sachent, le petit dernier de la famille Yeznig, 13 ans, déficient mental, le seul qui s'entend bien avec sa mère. Et puis il y a aussi Magalie, la jeune ado superficielle qui sort avec Tanièl, et dont Ali, un ancien Marseillais qui habite la vielle depuis peu, est amoureux en secret. On a également le point de vue de Joël, il raconte sa petite vie dans son bar jusqu'à ce fameux soir où il a été assassiné.

Dans la seconde partie du roman, chaque personnage s'explique face à la police, ils répondent aux questions types de l'enquête c'est à dire, qu'ont-ils fait et où se trouvaient-ils la journée du meurtre. Au fur et à mesure, des éléments se mettent en place, et je me suis dit que la police devait certainement faire erreur car aucun d'entre eux ne pouvait être le meurtrier.

Mais dans la 3ème et dernière partie, alors que les suspects se livrent de plus en plus, et avouent certaines choses dont ils avaient eu peur de parler, je me suis dit que finalement le tueur pouvait être n'importe lequel d'entre eux... Je n'en dis pas plus.

J'ai bien aimé lire ce roman, même s'il n'a rien de véritablement transcendant. Je l'ai trouvé différent des précédents livres de Faïza Guène, celui-ci est plus recherché je pense, notamment avec le fait que chaque personnage narre l'histoire chacun son tour, cela amène différents styles de langages, bien que l'on soit toujours dans le style familier qui est présent dans les 3 livres de la jeune auteure. Elle a su se glisser dans la peau de chacun d'entre eux avec brio, elle a su les rendre réels grâce à son franc-parler qui caractérise très bien la jeunesse d'aujourd'hui. J'apprécie beaucoup également ses petites critiques acerbes de la société qu'elle glisse discrètement au fil des pages, entres autres sur le racisme, le handicap, l'addiction aux jeux télés, aux jeux d'argent, l'alcool etc. En bref, un roman tranquille à lire au soleil pour passer le temps.

Note:

7/10

Repost 0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 08:33

l'accro du shopping attend un bébé

Du cachemire sinon rien ! Becky est enceinte et s'il est une chose qu'une fashionista de son calibre peut se jurer, c'est bien d'éviter les couches recyclées à bébé Brandon. Ce sera de la layette griffée, le top de la tétine, le nec plus ultra du pyjama branché. Sa carte bleue chauffe déjà que l'échographie n'a pas encore révélé le sexe de l'enfant ! Qu'importe. La seule et unique question importante : à combien s'élève le découvert autorisé d'un placenta ? Du shopping de haut vol mais pas seulement : Becky n'en démord pas, il lui faut Venetia Carter. L'accoucheuse des stars et – surprise ! — l'ex-girlfriend de Luke, le mari de Becky et heureux papa. La situation devient vite intenable, tant la dame est vexante, machiavélique. Bref : neuf mois d'enfer, à prix cassés...

 

Mon avis:

Ce 5ème tome est pour moi le meilleur de la saga de l'accro du shopping ! Dans le tome précédent, on apprend que Becky est enceinte, tout lui sourit, elle est heureuse dans son couple, elle s'entend enfin (!) à merveille avec sa soeur (malgré les petits mensonges qu'elle doit lui faire pour éviter ses leçons de morale concernant son addiction au shopping), et elle va emménager dans une superbe maison, avec attention ... un dressing à chaussures!!! Tout pourrait être parfait, si elle n'avait pas la mauvaise idée de changer de gynéco pour se faire suivre par l'accoucheuse des stars, Venetia Carter, car voyez-vous cette dernière n'est autre que l'ex petite amie de son mari, Luke. Mais bien sûr, ça elle l'ignorait. Après s'être rassurée en se disant qu'après tout, c'était le passé de Luke, et qu'elle n'avait rien à craindre, voila que Venetia envoie des sms en latin à son cher et tendre, passe le voir à son bureau pour déjeuner avec lui et fait tout pour rabaisser et humilier Becky... C'en est trop pour notre héroïne qui est bien obligée d'admettre que non seulement Venetia veut récuperer Luke, mais qu'en plus son mari semble lui cacher des choses. Va s'ensuivre toute une succession de mésaventures farfelues dans lesquelles Becky va s'embarquer pour mener tout ça au clair.

Je dirai que ce tome est plus sombre que les précédents, un peu moins marrant même car cette fois, les problèmes de découvert et de factures impayées ont laissé place à un grave problème de couple. Malgré cela, j'ai adoré ce 5ème opus, Becky a grandi, elle a évolué et est de moins en moins nunuche. J'ai été étonné par son calme face à cette situation, elle qui est d'habitude si énergique, si délurée, je l'aurai plutôt imaginé montant un plan machiavélique avec Suze et Danny afin d'humilier Venetia. Mais peu importe, je me suis régalée, j'ai littéralement dévoré ce roman, j'adore cette saga et l'humour de Sophie Kinsella. J'ai hâte de lire la suite, et de voir comment s'en sort Becky avec Minnie !

Note:

10/10

Repost 0
Published by Mélanie - dans Chick Lit
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 13:46

danses de guerre

Nos relations avec les autres ne seraient-elles en fin de compte que de petites guerres ? Pour se préserver, pour assumer ses responsabilités ou prendre des initiatives ? Avec Sherman Alexie, tout est sujet d'inspiration : être parent, le divorce, la guerre des sexes, celle des races, l'alcool et la drogue, la société de consommation, le terrorisme et bien entendu la guerre... Ses personnages sont des hommes ordinaires sur le point de connaître de grands changements, des artistes, des ouvriers, des pères, des amants, des maris ou des fils. Par leurs choix, simples et considérables à la fois, ils transforment radicalement leurs univers personnels. Un écrivain célèbre doit s'occuper de son père alcoolique et diabétique, avec qui les relations n'ont jamais été évidentes, au moment même où on vient de lui diagnostiquer une tumeur au cerveau… Un homme, dont le mariage est un naufrage, s'éprend d'une femme rencontrée dans un aéroport… Le fils d'un homme politique en vue commet un crime homophobe… Un jeune garçon découvre sa propre valeur en rédigeant des notices nécrologiques... Un père de famille tue sans le vouloir un jeune cambrioleur, et découvre qu'il est noir... Drôles, douces-amères ou émouvantes, ces nouvelles explorent la condition humaine avec davantage de force que bien des romans.

 

Mon avis:

J'ai lu ce livre dans le cadre d'un partenariat avec Blog-O-Book et les éditions Albin Michel. Je ne connaissais pas du tout cet auteur d'origine Indienne, et ce fut une merveilleuse découverte pour moi. Ce livre est donc un recueil comprenant 6 nouvelles, entrecoupées de poèmes, ou de récits d'une page, trop courts pour être considérés comme des nouvelles.

Sherman Alexie nous dépeint ici une société américaine sur fond de sarcasmes, d'injustice, de corruption, de racisme, mais aussi d'amour. Comme l'amour d'un fils pour son père, bien que ce dernier n'ait pas été toujours été à la hauteur, ou l'amour d'une veuve pour son mari et son chat décédés tous les 2. Il nous présente des personnages de la vie de tous les jours, cela pourrait aussi bien être vous ou moi, dans des situations étranges pour certains, banales pour d'autres. Chacun peut se retrouver dans telle ou telle histoire, ce qui fait de ce recueil un livre émouvant.

Parmi les différentes nouvelles, celles qui ont le plus retenues mon attention sont, en premier lieu celle qui a donné son nom au recueil, c'est à dire "Danses de guerre", qui nous conte l'histoire d'un homme d'origine Indienne qui apprend qu'il a peut-être une tumeur au cerveau, et qui se replonge dans les derniers instants de la vie de son père qui était diabétique et alcoolique. J'ai par ailleurs beaucoup aimé cette citation: "Il me manque ce salaud d'alcoolo. C'est toujours de l'homme qui m'a le plus déçu que je me sentirai le plus proche."

Et si je devais citer un second récit, alors je choisirai "La ballade de Paul Néanmoins" cet homme qui s'est séparé de sa femme car malgré ses sentiments pour elle, ne la désire plus suite au "traumatisme" qu'il a subi en la voyant accoucher. J'ai particulièrement aimé la fin de cette nouvelle, Paul en pleine détresse, qui ne sait plus où il en est et qui continue à chanter: "What's going on?'

Pour ce qui est des poèmes du recueil, bien que certains m'aient plu, je n'ai pas vraiment été touché, et je dirai même que je trouve qu'ils n'ont rien apporté au livre.

Comme ce fût une belle découverte pour ma part, je compte bien lire les autres livres de ce fabuleux auteur, dont j'aime particulièrement le style d'écriture. Encore merci à BoB et aux éditions Albin Michel!

Note:

8/10

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:59

harry potter et l'ordre du phenix

Harry Potter a maintenant quinze ans. Il se morfond chez son oncle et sa tante pendant les vacances d'été, attendant impatiemment des nouvelles de ses amis. Mais la rentrée à Poudlard sera triste et studieuse, après un incident qui lui révèle l'existence de l'ordre du Phénix et la mission de ses membres. Tout est pesant pour le jeune adolescent, victime de sa destinée : on se moque de lui, il se sent incompris, et la nouvelle «grande Inquisitrice» envoyée à Poudlard pour évincer Dumbledore le déteste manifestement. Encore vivement traumatisé par ce qu'il a vécu dans le cimetière avec Lord Voldemort, il a du mal à faire surface.

 

Mon avis:

Ce 5ème tome de la saga de Harry Potter est tout à fait époustouflant et c'est avec une boule dans la gorge que j'ai tourné la dernière page. D'une part, parce que ce qui est arrivé à Sirius m'a beaucoup surprise, franchement je ne m'y attendais pas, et ca m'a beaucoup attristée, et également parce que là je réalise qu'il ne me reste plus que 2 tomes à lire :( 

J'ai vraiment adooooooréééééé ce tome, même si je trouve qu'il y a eu un peu moins d'action que dans les précédents, en effet il fallait s'y attendre avec un pavé de 1031 pages! Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a eu des longueurs car je ne me suis pas ennuyée, ne serait-ce qu'une seconde, mais disons simplement qu'il y avait beaucoup de petits détails à mettre en place, et que l'action à mis du temps à s'installer. Cependant, avec la fin, pas de quoi être déçue! Beaucoup de mystère s'éclairent concernant le passé de Harry, notamment pourquoi Voldemort a voulu le tuer alors qu'il était bébé, et pourquoi est-ce qu'il est en sécurité chez les Dursley (chose que je me demandais depuis un moment, je ne comprenais pas pourquoi Dumbledore le laissait à Privet Drive, alors qu'à mon sens, il n'y avait rien de plus simple pour Voldemort que de débarquer chez eux et de tuer 3 moldus afin d'avoir Harry).

Parmi les nouveaux personnages qui ont fait leur apparition, j'ai surtout retenu Luna Lovegood (Loufoca!) que j'ai beaucoup aimé, je l'ai trouvée fort sympathique, et la grande inquisitrice Ombrage, que j'ai littéralement détestééééé! Concernant les personnages habituels, j'ai bien apprécié les retrouvailles avec Ron et Hermione, mais également les jumeaux Weasley, le rapprochement avec Ginny et Neville, sans oublier Lupin, Fol Oeil et Rogue qui constituent de supers membres de l'ordre, malgré que ce dernier soit méchant avec Harry, moi je l'aime bien. Pour ce qui est de Sirius, il est un de mes personnages préférés alors bien entendu, j'ai été très heureuse d'apprendre qu'il faisait parti de l'ordre du phénix, je pensais que grâce à ça, il serait plus présent que dans le tome 4, mais... :(

Par contre, le ministère m'a exaspéré avec leurs tentatives malsaines de faire croire que Harry et Dumbledore avaient perdu la tête, mais au moins maintenant plus de risque de ce coté-là, ils ont bien été obligé d'admettre la vérité, il était temps! D'ailleurs, en voyant à quel point le monde des sorciers est corrompu, j'ai pensé avec amusement que le monde des moldus a au moins ca en commun avec eux.

Pour conclure, j'ai trouvé ce tome vraiment passionnant, et j'ai vraiment hâte de lire la suite. Pour ce qui est du film, je l'ai trouvé plutôt réussi et bien représentatif du livre.

Note:

10/10

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 22:07

tijuana straits

Tijuana Straits, frontière de la Californie et du Mexique. Repris de justice, Sam Fahey mène là une vie solitaire et recluse. Cet ex-surfer, en proie à de fréquents accès de panique, est bien décidé à ne plus se mêler des affaires humaines. Lorsqu’il recueille une jeune femme mexicaine, Magdalena, qu’on a essayé d’assassiner près de chez lui, son existence paisible et solitaire vole en éclats. Activiste en lutte contre les injustices économiques de la région, où les grands groupes étrangers n’hésitent pas à exploiter les travailleurs mexicains et à polluer sans vergogne l’air et les rivières, Magdalena entraîne Sam à la recherche de ceux qui veulent sa mort. Dans ce noman’s-land qu’est la frontière, patrie désolée de la corruption, de l’immigration clandestine, des trafiquants de drogue, où toute apparence s’avère trompeuse, Sam devra aller au bout de lui-même pour, peut-être, trouver la rédemption. Plus encore qu’un thriller mystérieux, complexe et plein d’humanité, Kem Nunn nous donne ici son grand roman américain. Il dresse un portrait édifiant et sans concession de la frontière et, plus largement, un tableau terrifiant des relations entre pays industrialisés et pays du Sud, dont les rapports sont toujours fondés sur le sang. On y retrouve le sens de la nature et la conscience écologique de ses précédents livres, magnifiés par une prose lyrique qui donne à ce récit une force exceptionnelle.

 

Mon avis:

Tout d'abord, un grand merci à Blog-O-Book et aux éditions Sonatine. Je dois avouer que j'ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, j'ai trouvé l'écriture de Kem Nunn assez ardue et j'avais un peu de mal à suivre et à m'attacher aux personnages, que ce soit Sam Fahey ou Magdalena. Et puis, au fil des pages, j'ai été séduite par ce récit poignant, qui en plus de nous raconter l'histoire de ces deux êtres déchirés par la vie, nous raconte avant tout l'histoire d'une frontière, celle entre le mexique et la californie. L'auteur nous fait donc voyager à Tijuana, où Magdalena mène un dur combat contre les riches industriels américains qui dirigent des usines qui rejettent des produits chimiques qui provoquent des cancers et d'autres maladies qui tuent à petit feu les mexicains. Suite à une agression, elle va devoir fuir malgré elle et va se retrouver sur une plage californienne de l'autre côté de la frontière. Sam Fahey, ancien surfeur, au lourd passé qui vit seul dans sa ferme avec ses deux chiens va la trouver et ne sachant que faire, va l'emmener chez lui afin de la soigner. On va alors assister à la rencontre de ses deux personnages au passé chaotique. Rapidement un lien étrange va se tisser entre eux, ce qui va pousser Sam à aider Magdalena. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, et ce fut encore une fois gràce à Blog-O-Book, que je fis cette superbe découverte. J'ai passé de très bons moments à lire ce roman malgré un début plutôt laborieux pour ma part. Encore merci BoB!

Note:

8/10

 

 


Repost 0
Published by Mélanie - dans Thrillers - Polars
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 20:41

elixir

Fille de la sénatrice Victoria Weston et d'un chirurgien renommé, Cléa a vécu toute sa vie sous le feu des projecteurs. Fuyant la célébrité, elle s'évade grâce au photojournalisme, une passion
transmise par son père qui lui permet de voyager à travers le monde. Lorsque ce dernier disparaît soudainement lors d'une mission humanitaire, les photographies de Cléa laissent apparaître la silhouette d'un étrange jeune homme qu'elle n'a jamais vu auparavant. Le jour où le destin l'amène à croiser le chemin de cet inconnu, elle est troublée par la puissante attirance qu'elle ressent pour lui. Alors qu'ils se rapprochent, ils décident de percer ensemble le mystère de la disparition du père de Cléa, et de lever le voile sur le secret, vieux de plusieurs siècles, de leurs liens si intenses… Pris au piège dans un dangereux triangle amoureux et la découverte d'un élixir magique, ils sont condamnés à parcourir le temps pour démêler les zones obscures de leurs passés, sauver leurs vies présentes… et futures.

 

Mon avis:

Lorsque j'ai appris que l'actrice Hilary Duff avait écrit un roman, je n'ai pu m'empêcher de vouloir absolument le lire, avec une certaine curiosité, je l'avoue, parce que un peu comme tout le monde je me suis demandé ce qu'elle valait en tant qu'auteure. Alors quand Blog-O-Book a proposé un partenariat avec les éditions Michel Lafon pour lire ce livre, j'ai sauté sur l'occasion ! Quand je l'ai reçu, j'ai tout d'abord trouvé la couverture absolument magnifique, mais en ouvrant ce livre, j'ai quand même été un peu déçue, sur la première page il est écrit "Elixir, par Hilary Duff avec Elise Allen" Elise Allen ? Alors c'est donc un roman écrit à 4 mains? Pourquoi est ce que ce n'est pas écrit sur la couverture et pourquoi personne n'en a parlé pendant la promotion de ce livre? Passé cette petite surprise, je me suis plongé dans la vie de Cléa, notre héroïne, et j'ai vite été happé par son univers. On entre très vite dans l'histoire, l'écriture est très fluide, peut-être même un peu trop simple, mais rappelons là qu'il s'agit d'un roman jeunesse alors disons que c'était certainement voulu. En lisant ce livre, je ne me suis pas ennuyée une seconde, tout y est réuni pour en faire un roman exaltant, il y a de l'amour, du fantastique et beaucoup de mystères, même si hélas les rebondissements sont assez prévisibles. Petite note négative, j'ai également trouvé que Cléa arrivait à tirer des conclusions de certaines choses avec un peu trop de facilité, ce qui rendait l'histoire peu crédible. Mais si l'on occulte tout ca, l'histoire est très bonne, j'ai adoré les personnages, que ce soit Cléa, sa meilleure amie Rayna, son ami Ben, et surtout le mystèrieux Sage. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la relation de Cléa avec ce dernier, c'est très romantique comme le dirait Rayna ! La fin, par contre, n'en est pas vraiment une, beaucoup de mystères n'ont pas été éclaircis, et les dernières lignes donnent l'impression qu'un second tome va suivre... J'ai un peu le sentiment de n'avoir lu que la moitié de cette histoire, c'est donc difficile de réellement le juger, mais je reste tout de même sur une note positive, car même si ce n'est certainement pas LE livre de l'année, il n'empêche que je l'ai trouvé fort sympathique! Encore un grand merci à BOB et aux éditions Michel Lafon!

Note:

7/10

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:13

harry potter et la coupe de feu

La coupe du monde de Quidditch est un événement à ne pas manquer. Heureusement que les amis d'Harry Potter, les Weasley, l'invitent à assister au match avant la rentrée des classes de Poudlard -célèbre école de sorcellerie. Le retour des forces de "Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom" est à l'origine d'une succession d'évènements inquiétants, dont le premier survient à l'occasion de ce rassemblement international de sorciers. D'autres vont se succéder au cours de l'année scolaire, jusqu'à la finale du Tournoi des Trois Sorciers, et même au-delà. Harry Potter va devoir se défendre contre les attaques répétées de Lord Voldemort, qui veut le tuer pour reprendre son pouvoir.

 

Mon avis:

Ce 4ème tome des aventures de Harry Potter est vraiment excellent ! Une fois de plus j'ai été transporté, j'ai tourné les pages sans m'en rendre compte et comme d'habitude même si je voulais connaitre la clé de tous ces mystères, je ne voulais pas finir ce livre !! Il est écrit sur le 4ème de couverture que ce tome est le pilier central de la saga, et je comprends pourquoi, peu à peu beaucoup de choses se mettent en place, et on comprends de mieux en mieux ce qui est arrivé à la famille Potter, ainsi qu'à toute la communauté des sorciers au temps ou celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom était au pouvoir. Dans ce nouvel épisode, quelques nouveaux personnages font leur apparition, il y a les ministres Barty Croupton et Ludo Verpey, les élèves et leurs directeurs des écoles Beauxbatons et Durmstrang, la journaliste Rita Skeeter et le professeur Maugrey Fol Oeil. J'ai beaucoup aimé les scènes où les tâches du tournoi des trois sorciers se déroulaient, cela ajoutait beaucoup de suspense et je me demandais qui était la personne qui avait inscrit Harry et si c'était bien le fameux complice de Voldemort. J'ai eu beaucoup de plaisir également à retrouver les personnages habituels comme Hermione, Ron, Hagrid et Dumbledore. Par contre, j'aurai bien aimé que Sirius soit un peu plus présent. Quant à la fin, je l'ai trouvée énorme! Quel suspense, là on peut dire que l'on reste sur notre faim, impossible de ne pas lire la suite au plus vite! Pour ce qui est du film, je l'ai trouvé plus réussi que le précédent ! J'ai trouvé qu'il respectait un peu mieux l'histoire, et j'ai particulièrement apprécié la scène du cimetière, je l'ai trouvé vraiment bien fidèle au livre! Me voilà donc prête à m'attaquer au tome 5... Je m'approche dangereusement de la fin de cette saga, et je n'en ai pas envie, j'ai envie de faire durer le plaisir, comme le dit Mya ;) mais j'ai tellement envie de connaître la suite que je ne peux pas m'empêcher de me ruer sur le tome suivant.

Note:

10/10

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 21:33

antecrista.jpg

Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre. Comptons sur la romancière de Stupeur et tremblements (Grand Prix du roman de l'Académie française) et de Robert des noms propres pour mener à son terme cet affrontement sans merci, et nous donner du même coup un livre incisif, à la fois cruel et tendre, sur les douleurs de l'adolescence.

 

Mon avis:

Antéchrista est le premier roman que j'ai lu d'Amélie Nothomb, et je dois dire que je n'en garderai pas un souvenir mémorable. Le style d'écriture de l'auteure est très fluide, donc on entre vite dans l'histoire, cependant on devine un peu trop facilement ce qui va se passer. A plusieurs reprises, j'ai trouvé qu'il y avait trop de répetitions dans le texte et, malgré la fluidité de l'écriture, j'ai par moment été quelque peu agacé par certains passages, ou certaines phrases (par exemple, par le fait que Blanche appelle ses parents "les auteurs de mes jours", et ce quasiment à chaque fois qu'elle parle d'eux). Malgré cela, l'histoire reste sympathique, donc on passe quand même un bon moment en attendant de lire un livre un peu plus accrocheur. Je pense que je ne resterai pas sur cette déception, puisqu'Amélie Nothomb a écrit de nombreux romans qui ont très bien marché, je retenterai l'expérience avec cette auteure... mais pas tout de suite.

Note:

4/10

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:15

harry potter et le prisonnier d'azkaban

Sirius Black, le dangereux criminel, qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'émotions. Frissons et humour garantis !

 

Mon avis:

Au risque de me répéter, je regrette vraiment d'avoir attendu si longtemps avant de lire les aventures de Harry Potter, mais je suis bien contente d'avoir fini par me décider à lire cette saga, sinon je serai vraiment passée à côté de quelque chose. Ce troisième tome est encore plus ensorcelant, une fois de plus j'ai été ravie de retrouver tous ces personnages que j'adore, et que l'on voit évoluer au fil des années. Le grand mystère de ce roman, c'est l'évasion de Sirius Black, donc dès le début le suspense est présent pour nous retourner littéralement la tête! On en apprend davantage sur les parents de Harry et les circonstances de leur mort. En parlant de mort, Voldemort lui n'est pas présent dans ce 3ème tome, bien qu'on en parle et que certaines choses tournent quand même pas mal autour de lui. Cette année, il y a également de nouveaux personnages, le professeur de défense contre les forces du mal, R. J. Lupin qui pour les élèves, est de loin le meilleur professeur qu'ils aient eu jusqu'à présent pour enseigner cette matière, mais qui est malade un peu trop souvent, ce qui est étrange, et le professeur de divination, Mrs Trewlaney, un personnage loufoque qui m'a agacée par moment. Hagrid, lui aussi est devenu professeur cette année, il leur donne des cours de soins aux créatures magiques, hélas, tout ne se passe pas comme prévu pour lui. J'ai beaucoup aimé la fin, quand tout s'explique enfin et que l'on fait le lien entre les différentes clés des énigmes. Ce troisième tome est beaucoup moins enfantin, et bien plus sombre que les précédents, en parti à cause des détraqueurs, les gardiens de la prison d'Azkaban, qui surveillent Poudlard afin de mettre la main sur Sirius. Pour ce qui est du film, j'ai été un peu déçue là, beaucoup trop de détails ont été changé, ils n'ont pas mis en scène certains passages qui à mon avis sont très importants. A croire, qu'ils ont voulu faire ce film le plus rapidement possible... c'est bien dommage.

Note:

10/10

Repost 0